mardi 17 mai 2016

7 nuances de modes (4) phrygien


Tous les noms de modes ont été empruntés à la Grèce Antique. Toutefois, si les noms ont voyagé à travers les millénaires, il est acquis aujourd'hui que ce que les grecs ancien appelaient "mode phrygien" ne correspond pas à "notre" mode phrygien.

Un autre point à noter est que certains modes semblent plus typés que d'autres, de par leur usage. Il en est ainsi du mode phrygien qui évoque pour beaucoup l'Espagne.  Le "Concierto de Aranjuez", écrit par Joachin Rodrigo et revisité par Miles Davis en est une claire illustration.

Notre perception musicale résulte de conditionnements culturels et collectifs. Je suis doublement conditionné en vous parlant du mode phrygien, d'abord parce qu'il est dans mon cadre de référence vraiment typé "Espagnol", et ensuite parce que je manque totalement d'objectivité lorsque j'évoque Mile Davis !




En faisant quelques efforts pour sortir de mon propre cadre de référence, j'ai trouvé que le potentiel de ce mode était exploité dans bien d'autres univers. Chez Liszt




Chez Monsieur Glass, en version "non-violente"


Ou bien chez Monsieur Satriani, dans une optique plus "agressive"


Ainsi, le même mode serait capable d'exprimer deux postures a priori opposées. La musique métal utilise le mode phrygien pour évoquer des univers guerriers très sombres en allant quelques crans plus loin, comme ici



Ouf ! En cherchant un peu, je suis sorti d'Espagne, mais j'y retournerai bien volontiers en promenade de temps à autre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire