vendredi 8 avril 2016

Temps et Contretemps

Le contretemps est perçu de manière négative dans de nombreux contextes : par exemple, dans votre vie, votre travail, un évènement imprévu se produit et empêche votre projet de se réaliser : c’est alors pour vous un problème, une source de blocage, quelque chose qui vous empêche d’avancer. Un autre exemple : dans une conversation, vous émettez une idée qui tombe à plat, votre intervention provoque peut-être même la consternation de votre auditoire.

Le contretemps serait donc quelque chose d’irrémédiablement négatif, inutile, handicapant, voire nuisible ?


En musique, le contretemps est une rupture rythmique, aujourd'hui couramment utilisée, acceptée, et même théorisée. En jazz, ainsi que dans de nombreux genres musicaux, l’utilisation éclairée du contretemps donne naissance au swing. Le swing est recherché, un bon swing devient une signature personnelle, la signature des « grands ». Le contretemps maîtrisé n’est pas un problème, mais au contraire une source très riche de création musicale.

Et pourtant… cela n’a pas toujours été ainsi. Pensez-vous qu’un ménestrel ou un troubadour qui aurait joué du Duke Ellington à la cour du roi aurait pu durer, voire même exister ?
Le paradoxe apparent de cette métaphore musicale nous rappelle que savoir remettre en question la norme du temps programmé pourrait aider à remettre les pendules à l’heure.

Alors ? Quel contretemps réussi osez-vous aujourd’hui mettre en œuvre dans votre vie, votre famille, dans votre travail, pour créer votre propre musique, et qu’elle devienne une source d’inspiration pour vous et votre entourage ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire